EAH ATHLETISME Le Bizet

EAH ATHLETISME  Le Bizet

HISTORIQUE du CLUB


Historique du club

Historique du club                                                                   

L'historique s'étend de l'année 1971 (date de la création du club) à l'année 1996 (date des 25 ans du club).

Durant toute son existence, le club s'est vu attribué 3 noms différents :

  • en 1971 : L'Oasis Le Bizet.

  • en 1976 : Hainaut Sports.

  • en 1983 : Entente Athlétique du Hainaut.

 

Voici l'historique

 

C'est en 1971 que le club va démarrer. Au départ : un cross, le cross du Bizet. C'est une épreuve de grande renommée à l'époque et très bien organisée par une équipe dynamique.

Quelques jeunes du Patro Oasis du Bizet y participent, mais ils n'ont aucune préparation et se classent loin de leurs véritables possibilités.

Jean-Marie Schouteten, alors président du Patro, demande à Christian Declercq de les prendre en charge.

Les premiers entraînements ont lieu chez celui-ci, le soir, dans la cour (100 mètres à peine aller et retour) et le dimanche matin au domaine paroissial du Bizet où Monsieur le curé Colpaert leur prête aimablement une remise pouvant servir de vestiaires.

Les moyens sont limités, mais les jeunes en veulent. En 74, c'est la première victoire et le premier challenge inter-groupes en minimes au cross du Bizet.

Le club s'agrandit : des filles et des garçons de Ploegsteert et de Warneton rejoignent les rangs.

Un comité se forme et l'on décide de participer aux épreuves de la région. Et le nom du Patro est emprunté. Le club se nomme alors Club d'athlétisme Oasis (CAO) Le Bizet. Le comité se compose de Christian Declercq (président), Noël Knockaert (trésorier), Lily Soenen (secrétaire), Renée Debruyne, Georges Six, Jacquie Pollet, Gérard Dehem, Christian Dewilde, Jacques Schouteten, Raymond Taillez, Marc Ooghe, André Pauwels, Nicole Verslype, Francis Vanmassenhove et Michel Verslype.

 

 

Les entraînements sont assurés par André Pauwels, Francis Vanmassenhove, Raymond Taillez et Michel Verslype.

Très vite, les jeunes remportent victoire après victoire : à Comines, Messines, Wervicq, Wevelghem, Ypres, Menin l'on connaît ainsi très bien les maillots oranges frappées des lettres noires formant L'Oasis Le Bizet.

 

 

Poussés par les succès de leurs athlètes, les responsables songent alors à rejoindre l'élite en s'affiliant à la Ligue Royal Belge d'Athlétisme (LRBA), mais cela coûte cher (assurances, licences...) et leurs moyens sont plus que modestes. Ce projet  est donc remisé dans un tiroir... pas pour longtemps.

 

 

En 76, Hainaut Sport Villerot, par l'intermédiaire de Roland Maury, contacte le club Bizétois afin qu'il adhère à Hainaut-Sports dans le but d'attirer Godfried De Jonckheere qui a représenté la Belgique aux Jeux Olympiques de Montréal (Séoul et Barcelone allaient suivre) au sein du club. Après quelques tractations, un accord est conclu et, le 30 septembre 76, le Club d'Athlétisme Oasis devient Hainaut Sports sous le matricule 306 et adopte les couleurs mauve et blanc. C'est donc par le biais d'Hainaut Sports que le club bizétois rejoint la LRBA. Cependant, même si le club bizétois rejoint les rangs de Hainaut Sports, il garde son autonomie. Malheureusement, jamais Godfried De Jonckheere ne s'affiliera à Hainaut Sports.

C'est en 1976 que Jacques Schouteten devient entraîneur.

 

 

Sportivement, les débuts chez les licenciés sont laborieux, mais, après quelques semaines, les premiers bons résultats arrivent.

Peu à peu, les activités du club s'élargissent : les jeunes ne font plus seulement du cross, mais ils commencent également la marche athlétique et la piste (sprint, lancers, sauts...). Mais la pratique de l'athlétisme proprement dit exige certaines infrastructures. Hélas, Hainaut Sports n'en dispose pas et se débrouille avec les moyens du bord. Monsieur le curé Colpaert permet aux jeunes d'employer le domaine paroissial. Un peu partout dans le domaine, se disséminent les différentes disciplines de l'athlétisme.

Du côté gauche, un trou de 10 mètres de long est rempli de sable et sert de sautoir en longueur. Du côté droit, la pelouse fait office d'aire de lancer du javelot et du disque. Cette même pelouse sert de terrain de cross durant l'hiver. A l'arrière du domaine, se trouve l'aire de lancer de poids. La cour de récréation sert de sautoir en hauteur. Sous le préau, c'est le domaine des sprinters et des hurdlers. Pour un début, c'est bien, mais ce n'est pas suffisant. Aussi, le comité fait appel à l'Adeps qui lui prête du matériel pendant plusieurs mois.

Il ne reste plus qu'à trouver un endroit qui servira pour la course. L'endroit devra être assez long afin que tous les athlètes, des sprinters aux coureurs de fond en passant par les coureurs de demi-fond, puissent s'y entraîner. Un endroit s'impose : la Rabecque... en attendant la piste d'athlétisme.

 

 

C'est la marche athlétique qui amène les premiers résultats importants : des titres nationaux et provinciaux pour Nadine Wittezaele et Jean Declercq (en 1977 et 1978).

En 1977, le comité met en place les championnats du club qui ont pour but de désigner le titre de champion du club dans chaque catégorie. La compétition se déroule sous la forme de triathlon ou de tétrathlon.

De 77 à 86, les championnats se déroulent en 2 jours : les courses le vendredi soir sur la piste de Comines et les sauts et les lancers le dimanche au "Couvent".

A partir de 1987, les championnats du club ont lieu sur la piste du Bizet.

 

 

En 1978, André Pierre, un athlète mouscronnois affilié à Hainaut Sports, participe à son second "Strasbourg-Paris". Cet athlète de 40 ans s'y est préparé comme un forcené et ses efforts seront récompensés. Au terme des 501km séparant l'Alsace de la capitale française, il se classe 5ème. Une superbe performance pour ce dévoreur de bitume.

En 1979, André Pauwels, Lily Soenen et Michel Verslype démissionnent du comité tandis que Claudine Tant y entre en tant que secrétaire, Michèle Tant en tant qu'aide-secrétaire, et plus tard entraîneur, et Freddy Kloeck en tant que membre.

La même année, Noël Knockaert décède et est remplacé au poste de trésorier par Renée Debruyne. En 1979 toujours, Christian Dewilde aide Jacques Schouteten pour l'entraînement des plus jeunes. En 1980, c'est Gérard Dehem qui démissionne.

 

 

Peu à peu, les "mauve et blanc" se font connaître : en 1980, c'est Mieke Leeuwerck qui offre aux Bizétois le premier titre provincial sur piste en remportant le 100 mètres et, en 1981, c'est Joël Bouakicha qui en fait de même en cross-country. Le comité ne se doutait pas qu'il s'agissait là du début d'une très longue série. Jusqu'en 1996, les Bizétois épingleront 39 titres de Champion du Hainaut sur piste et 19 en cross-country.

 

 

Le comité de l'époque ne se contentait pas d'encadrer les jeunes, il était aussi à la base de nombreuses organisations : de 1978 à 1981, quatre marches internationales, de 79 à 86, la course à allure libre "A travers le canton".

En 1979, afin de promouvoir l'athlétisme et de recruter des jeunes, le comité organise le premier "Cross Inter-Ecoles". Initialement organisé en mars, il sera reporté octobre pour des raisons d'ordre climatique.

De 79 à 85, le pré-départ se court dans la Rabecque et le départ est donné à l'Epine; ensuite, pour des raisons de sécurité, tout le cross se déroulera dans le domaine paroissial.

 

 

Le 14 septembre 1980, s'est déroulée une grande réunion de propagande de l'athlétisme avec de grands noms de l'athlétisme sur la place du Bizet à l'occasion du 150ème anniversaire de la Belgique.

Cette compétition au centre d'un village était une première en Belgique. En effet, au lieu d'amener les gens sur la piste, c'est la piste qui est venue dans le village et, par conséquent, vers le gens. Cette initiative restera dans la mémoire de toutes les personnes qui l'ont suivie. Au plein centre du Bizet, étaient posées des aires de saut en hauteur, à la perche et de lancer du poids. Imaginez un peu la tête des passants qui, tout à coup, voyaient s'élever à presque 5 mètres un perchiste alors qu'ils s'en allaient tranquillement faire leurs commissions.

 

 

En 1981, le comité s'agrandit : René Tancrez devient entraîneur des plus jeunes. La même année, une vingtaine d'athlètes et de membres du comité partent en stage en Bretagne au mois de juillet. Le voyage fut une expédition : 20 personnes entassées avec leurs bagages dans le bus communal dont le chauffeur, très sympathique, avait ordre de ne pas emprunter les autoroutes pour des raisons budgétaires.

 

 

En 1982, Hainaut Sports organise le premier jogging du Gheer dans le cadre des festivités du Gheer. En 1996, le jogging à Freutche en était à sa 15ème édition. La même année, Patrick Laval entrait et sortait du comité.

1982 est également l'année du premier stage de cross à Roisin. Quel jeune de l'époque ne se rappelle-t-il pas du célèbre "Caillou-qui-Bique" ?

En 1982 également, deux athlètes d'Hainaut Sports, Gilbert Coussée et André Dancette, prennent part aux 100km de Steenwerck. Entourés d'une quinzaine de personnes (dirigeants et athlètes), ils iront jusqu'au bout de leur rêve. René Hof a participé de très nombreuses fois à des courses de 100km.

 

 

Au début 83, Christian Declercq, Renée Debruyne et Freddy Kloeck donnent leur démission. La présidence est dorénavant assurée par Jacques Schouteten et la trésorerie par Réjane Soubry. Quelque mois plus tard, Claudine Rousseau et Michel Verslype viennent renforcer l'équipe du comité. Michel Verslype devient l'entraîneur des cadets.

 

 

En mai 1983, nouvelle fusion, nouveau nom et nouvelles couleurs pour le club; désormais Hainaut Sports s'appellera Entente Athlétique du Hainaut (EAH) et son maillot sera jaune et bleu. Ce nouveau club résulte de la fusion de quatre clubs : Dour Sports, Saint-Ghislain, Hornu et Hainaut Sports.

Le but de cette association est de permettre aux jeunes de participer à des compétitions intercercles et, par la même occasion, de les faire progresser. Les quatre localités conservent toute leur autonomie de gestion, leur indépendance et leur liberté d'entraînement et de compétition.

 

 

En 1984 et 1985, l'EAH organise le "Trophée Champêtre" qui est un classement général reprenant les joggings suivant : A travers le Canton, le Gheer, la Hutte, le Bizet, le Speedway (en 84) et le Château Nonet (en 85).

 

 

En 1985, Réjane Soubry démissionne de son poste de trésorière et est remplacée momentanément par Claudine Tant et ensuite par Claudine Rousseau.

 

 

En 1985, les athlètes se répartissent en 3 groupes : de pupilles à minimes avec René Tancrez, Michèle Tant et Christian Dewilde; les cadets avec Michel Verslype et de scolaires à séniors avec Jacques Schouteten. La même année, Jacky Ramon entre dans le comité. De 1986 à 1987, il entraînera les plus jeunes.

 

 

En 1987, Christian Dewilde se retire du comité.

 

 

La même année, l'EAH reçoit enfin l'outil de travail qui lui faisait tant défaut : une piste d'athlétisme. Les athlètes peuvent dès lors s'entraîner dans des conditions normales et les progrès seront énormes. Avant de recevoir cette piste, les athlètes s'entraînaient donc à la Rabecque, mais aussi dans la cité du Clos des Pâquerettes pour les tests de 12 minutes et sur la place du Bizet pour les séries. En effet, la place était le seul endroit qui avait la forme d'une piste et mesurait 250 mètres.

 

 

Les plus jeunes ont, à leur tour, droit à leur stage. Celui-ci se déroule au domaine paroissial pendant un week-end.

 

 

Pour inaugurer sa piste, l'EAH organise, en 1989, un record de l'heure ouvert à tous. Il y invite les athlètes des autres sections de l'EAH qui répondent présents.

 

 

Le 19 novembre 1989, c'est l'émoi au sein de l'EAH. La nouvelle est terrible : Johnny Vandewalle était un garçon attachant. Le sourire aux lèvres en permanence, il respirait la gentillesse et la sympathie. Sa disparition créa un vide. Jamais nous ne l'oublierons.

Le 27 octobre 1990, l'EAH organise une nouvelle fois un record de l'heure sous l'appellation "Trophée Johnny Vandewalle" en souvenir de son athlète disparu.

 

 

Avec l'EAH, les Bizétois découvrent les intercercles. Les intercercles sont des compétitions entre clubs. Au début, les athlètes bizétois participaient aux intercercles cadets, ensuite aux intercercles scolaires. Mais très vite, ils obtinrent leur place chez les séniors tout en étant encore cadets ou scolaires.

Les intercercles séniors ont la particularité de déterminer la division dans laquelle doit se trouver un club. Les clubs doivent présenter 2 athlètes par discipline (sprint, demi-fond, sauts et lancers) et 2 relais (4 x 100 mètres et 4 x 400 mètres). Au terme de la compétition, les différents points sont additionnés et un classement est ainsi obtenu. Les 2 premiers clubs accèdent à la division supérieure, les 2 derniers rétrogradent d'une division et les autres se maintiennent.

Au début, l'EAH était en 2ème nationale. Peu à peu, des dissensions apparaissent au sein de la section de Dour. Ces problèmes auront pour conséquences d'abord la rétrogradation, au fur et à mesure des ans, du club de la 2ème division nationale à la 2ème division régionale et ensuite, en 1991, le retrait de cette section de l'EAH.

Le siège social du club était transféré au Bizet et l'EAH n'était plus constitué que de la section du Bizet et celle de Villerot.

La section de Villerot étant essentiellement constituée de marcheurs, les Bizétois se retrouvaient seuls pour participer aux intercercles. Ils décidèrent de relever le défi.

En 1992 et en 1993, malgré un effectif restreint, ils parvinrent à se maintenir en 2ème régionale grâce à leur combativité, leur talent, leur travail et, bien sûr, leur esprit d'équipe.

En 1994, malheureusement, il n'en fut pas ainsi, des blessures décimèrent le noyau et l'EAH ne put éviter la relégation. Comble de malchance, la même année, la Ligue décidait de réduire le nombre de clubs par division; de 12 clubs, on passait à 8 et, par conséquent, l'EAH passait de la 2ème régionale à la 4ème.

Blessés dans leur orgueil, les "jaunes et bleus" firent corps et, en 1995, ils emportaient le titre de champion et accédaient à la 3ème régionale. Une première dans l'histoire du club.

 

 

En 1996, partis pour se maintenir, les athlètes se sont rendu compte petit à petit que la montée était à leur portée. Ils terminaient seconds et accédaient en 2ème régionale.

 

 

En 1990, apparaît le "Spike d'or" qui a pour but de désigner le meilleur athlète de la saison de piste. Le classement du Spike d'or s'établit de la manière suivante : la performance de l'athlète rapporte un certain nombre de points (selon une table de cotation), ensuite ces points sont adaptés selon l'âge de l'ahtlète et enfin les points des 5 meilleures performances sont additionnés.

 

 

En 1990, l'EAH, en collaboration avec le Race Walking 90 (un comité de bénévoles du canton de Comines-Warneton) et l'administration communale, organise les championnats de Belgique de marche athlétique au Bizet. Le parcours empruntait la Rabecque et une partie du chemin de la Blanche. Le champion de Belgique des 50km fut bien évidemment Godfried De Jonckheere.

 

 

Depuis toujours, les entraînements de cross ont lieu au domaine. Le terrain est long de 200m. Cette longueur ne dérange pas les plus jeunes car ils ne doivent pas parcourir de nombreux kilomètres, mais les athlètes plus âgés doivent parcourir parfois plus de 50 fois ce tour, ce qui est un peu saoulant. Il est impossible de s'entraîner à l'arrière du domaine car il y fait trop sombre. Il fallait à tout prix résoudre ce problème. C'est chose faite en 1991 avec l'installation des lampes. Cette installation a été réalisée avec la collaboration de nombreux bénévoles et dans une très bonne ambiance, comme toujours à l'EAH.

 

 

En 1991, la Commission des Sports de Comines-Warneton décidait d'élire le meilleur athlète, tous sports confondus (collectif ou individuel), de l'entité. L'EAH présentait Grégory Hof. Après les votes, il en ressortait premier et était désigné "Mérite Sportif" de l'année. Deux ans plus tard, c'était au tour de Fabian Haezebrouck de représenter l'EAH et il le fit aussi bien que Grégory puisqu'il fut lui aussi désigné "Mérite Sportif".

 

 

Le "Mérite Sportif" de Grégory Hof fut l'évènement positif de l'année 91. L'évènement négatif fut l'incendie criminel qui réduit à néant le mousse de saut en hauteur, les montants de hauteur et un grand nombre de haies. Cet acte révolta tout le comité. Tout ce matériel avait été acheté grâce à de nombreux soupers, dîners, tombolas et mis à la disposition des athlètes. Les efforts de tant de bénévoles s'étaient envolés en fumée pour le plaisir de quelques imbéciles. Le moral fut atteint quelques jours, mais très vite le moral revint et tout fut mis en oeuvre pour racheter le matériel disparu.

 

 

En 1991, le comité décide d'inscrire ses benjamins, pupilles et minimes au tournoi des jeunes. Ce tournoi rassemble actuellement 6 clubs qui se reçoivent mutuellement. Les différentes compétitions comportent à chaque fois, un programme différent de sorte que les jeunes athlètes s'initient et touchent à toutes les disciplines. Cela leur permet de devenir des athlètes complets. Une très bonne initiative qui donne fruits car, peur à peu, on retrouve dans l'équipe des intercercles séniors des athlètes qui sont passés par ce tournoi.

En 1991 et 1992, c'est à Comines que l'EAH reçoit les autres clubs car la piste du Bizet n'est pas fonctionnelle. Ce n'est qu'à partir de 1993 que le tournoi des jeunes se déroulera rue des Trois Evêchés.

 

 

En 1991, naît le journal de l'EAH sous le titre "A fond la caisse". Sous la direction de Martial Tancrez, il survivra pendant 2 ans et 9 éditions avant de s'éteindre par faute d'articles.

 

 

En 1992, le groupe de Jacques Schouteten s'en est allé une semaine à Castres (aux environs de Toulouse) pour un stage de piste. La météo et les conditions d'entraînement permirent aux athlètes de se préparer idéalement pour les interclubs.

 

 

En 1993, le vieux bus qui servait de vestiaire à la piste est remplacé par un complexe de salles de sports.

La même année, Michel Verslype démissionne du comité. Martial Tancrez devient entraîneur du groupe des cadets.

 

 

En 1994, dans le cadre de la Foire du Bonheur, le comité organise un brevet d'initiation à l'athlétisme afin de promouvoir l'athlétisme dans le canton.

Cette année-là, Claudine Rousseau quitte son poste de trésorière. Claudine Tant la remplace avant que Pierre Dezeure n'en prenne la responsabilité en 1995. En même temps que Pierre Dezeure, Danièle Odent a rejoint le comité ainsi que Michel Martin qui le quittera quelques mois plus tard.

 

 

En 1995, c'est la première compétition officielle sur la piste du Bizet. La participation extérieure y est modeste, mais cela est normal car, comme tout le monde le sait, Le Bizet se trouve au bout de la Belgique.

 

 

En 1996, le club bizétois fête ses 20 ans d'affiliation à la LRBA et ses 25 ans d'existence. 25 ans de bonheurs, de malheurs, de hauts et de bas, mais surtout 25 ans de dévouement à l'athlétisme et à la jeunesse.


19/02/2007
1 Poster un commentaire

Recherche

Vous recherchez ? :